Le « rhumatisme » est une maladie des articulations qui touchent beaucoup d’individus dans le monde. Pour limiter les souffrances liées à cette pathologie, nous vous proposons nos conseils pratiques pour traiter naturellement les rhumatismes.

Pour pouvoir soigner efficacement le rhumatisme, il est dans un premier temps nécessaire de bien cerner la réalité vécue par les personnes souffrant de cette maladie. Une fois que les facteurs qui entraînent le rhumatisme ont été bien identifiés, il est possible de trouver le moyen adéquat de le traiter. A ce titre, nous vous révélons nos conseils pratiques en vue de le soigner naturellement.

Faire attention à l’acidification

L’accumulation des acides dans les articulations sont à l’origine des rhumatismes ainsi que d’autres pathologies comme la goutte et l’arthrite. Malheureusement, notre hygiène de vie au quotidien implique de nombreux facteurs précurseurs d’acide pour l’organisme. Le stress plus particulièrement constitue la principale source de cette acidification de l’organisme. En effet, plus on est soumis à la pression, plus on prend des aliments acides. Par ailleurs, il faut savoir que des efforts physiques démesurés ou un manque de pratique de sports, à l’inverse, favorisent également l’hyperacidité. D’où l’importance de bien équilibrer efforts physiques et mentaux. Par ailleurs, certains médicaments tendent également à stimuler l’acidification à l’intérieur du corps humain. A ce titre, les séniors sont les plus vulnérables car ils sont contraints de prendre divers cachets en vue de traiter l’hypertension, le diabète, des douleurs liées à diverses pathologies…Tout autant de composés qui vont accélérer le processus d’acidification dans l’organisme.

Le danger de la thérapie conventionnelle

Le souci avec la médecine conventionnelle est qu’elle agit à des phases déjà avancées de la maladie. En d’autres termes, les médicaments pris sont prescrits aux patients après qu’ils aient déjà développé les symptômes, et les pilules vont permettre simplement de soulager les douleurs. On peut entre autres citer les stéroïdiens comme la cortisone, les médicaments antiinflammatoires non stéroïdiens qui engendrent un empêchement relativement réversible du site de liaison de l’enzyme appelée cyclooxygénase. D’autre part, aux USA, l’empoisonnement dû à une surdose de paracétamol est très fréquent, et est responsable de 450 décès et 26 000 cas d’urgence d’hospitalisation. C’est pourquoi, il est vivement recommandé d’opter pour une autre alternative au paracétamol.

Manger sain et équilibré

Notre mode de vie alimentaire contribue activement à éliminer les risques d’exposition aux rhumatismes, tout en aidant l’appareil digestif et intestinal à assurer correctement le rôle d’épuration de l’organisme. En effet, une flore intestinale déséquilibrée conduit à diverses pathologies chroniques. D’où l’importance de manger suffisamment en quantité mais aussi et surtout, en qualité.

Pratiquer du sport

Le lien entre des activités sportives et la lutte contre des maladies liées aux articulations a fait débat depuis bien longtemps. En effet, les sports comme le rugby ou le football peuvent être compromettantes pour les activités articulaires. Néanmoins, les recherches scientifiques dévoilent que les exercices physiques favoriseraient le processus de thérapie de certains mécanismes articulaires, en contribuant par exemple au remodelage de l’os. Aussi, le sport permet de soulager les inflammations. En conséquence, le fait de pratiquer des activités physiques serait donc primordial, en vue de traiter les différentes formes de maladies rhumatismales (dégénératives ou inflammatoires).

Les antécédents génétiques

Les médecins estiment que le rhumatisme est une maladie sui se transmet de descendance en descendance. Une distinction doit toutefois être faite entre antécédent génétique et antécédent familial. C’est dans ce dernier cas que les risques de développement du rhumatisme au sein des membres de la famille sont les plus importants. A titre d’illustration, chez les sujets prédisposés génétiquement, la spondylarthrite ankylosante est très courante. Quoi que la science avance, le mode de vie du patient influence activement les risques de développer ou non cette maladie.

Contamination de l’organisme

Les études scientifiques révèlent que la consommation de certains composés présents dans l’alimentation favoriserait le rhumatisme. Tel est le cas des métaux comme le plomb, le cadmium, le manganèse ou encore les mercures issus de la pollution de l’environnement. A ces exemples s’ajoutent certains pesticides, dont certains résidus déposés au fond des océans aboutissent dans la chaîne alimentaire. A ce titre, l’aluminium est l’un des sources précurseurs d’arthrites, de fibromyalgies et des divers types de rhumatismes. Tout autant de facteurs à haut risques, qui stimulent le stress oxydatif au sein de l’organisme, et détruit le système digestif à long terme.

Penser à faire une thérapie enzymatique

Il est primordial d’adapter les habitudes alimentaires en fonction de l’âge, notamment chez les seniors afin de préserver le métabolisme de base. De ce fait, il est vivement conseillé d’opter pour un régime à base d’aliments crus, et, le cas échéant, accompagner de compléments enzymatiques. En effet, à l’instar des enzymes, la flore intestinale est cruciale pour une meilleure digestion alimentaire. D’où l’importance de se tenir à l’écart des médicaments néfastes à l’appareil digestif et privilégier par contre les probiotiques, à l’exemple du yaourt.

Les bienfaits de l’acupuncture

Dans la tradition chinoise, les médecins classent les rhumatismes selon diverses catégories. D’une part, le rhumatisme articulaire aigu résulte de l’obstruction par l’ensemble de la chaleur, de l’humidité et de l’air. D’autre part, l’arthrite rhumatoïde ainsi que les processus arthrosiques se fondent sur un engorgement des articulations, causé par l’action de l’air, du froid et de l’humidité. L’acupuncture vise ainsi des points particuliers permettant d’éparpiller chaleur, vent et froid, tout en éliminant l’humidité en vue de rééquilibrer l’énergie du corps humain.

Les pouvoirs du thermalisme

Les thérapies thermales sont très prisées dans le traitement des rhumatismes, et leur utilisation remonte depuis des lustres. C’est pourquoi cette forme de cure est très étudiée par les médecins de l’ère contemporaine. Le principe est d’exploiter les sources naturelles à l’exemple des boues ou des eaux riches en minéraux, pour rééquilibrer la température du corps. Une approche sollicitée par plusieurs pays des quatre coins du globe, dont La France, en particulier, qui dispose aujourd’hui de nombreuses stations thermales.

La cure thermale implique l’intervention de plusieurs facteurs à la fois physiques, chimiques et mécaniques. Ce traitement qui exige une source de chaleur intense, explique les effets bénéfiques d’un bain de boue ou d’une baignade à l’eau de source chaude sur la santé, et le bien-être. En effet, la température chaude engendre une dilatation des vaisseaux. Résultats, les spasmes musculaires diminuent. Ce qui favorise la perfusion tissulaire et l’approvisionnement en nutriments des articulations. Pour qu’elle soit efficace, l’eau thermale utilisée dans la cure pour le rhumatisme, doit renfermer une quantité abondante en minéraux et en oligo- éléments vitaux à l’organisme (magnésium, calcium, eaux de mer, eaux sulfurées…).